Boîte à idées

Les propositions recueillies sur la boîte à idées sont regroupées ici par mots-clés correspondant aux compétences départementales (dans l’ordre alphabétique). Une pastille indique le nombre de participants à la boîte à idées ayant appuyé chaque idée.

Biodiversité

8 soutiensFaire évoluer la condition animale dans le département vers plus d’humanité

Conditionner les subventions et financements au respect de la condition animale et ajouter une clause « condition animale » dans les marchés publics, concessions et autorisations administratives.

5 soutiensLes circuits courts, une réalité, un défi à relever !

Soutenir les producteurs locaux, pourquoi ? Le contexte sanitaire met en difficulté ces acteurs économiques. Le premier confinement a facilité une prise de conscience d’un bon nombre de nos concitoyens à propos des circuits courts.
Se donner les moyens de faire perdurer ces bons réflexes, comment ? Contribuer à l’organisation de nouveaux circuits entre producteurs et consommateurs en lien avec les organisations professionnelles habilitées (marchés virtuels, commandes à distance,…).

Climat

11 soutiensRénovation bas carbone du bâti départemental

La rénovation thermique du bâti du Département par des entreprises locales et avec des matériaux biosourcés et locaux et une politique de réduction de la consommation énergétique pour tout le bâti de la collectivité (collèges, administrations…). C’est bon pour l’emploi local, les usagers et pour le Climat.

6 soutiensCouper les subventions à l’aéroport de Saint-Denis de l’Hôtel

Ok pour que les enfants continuent à « rêver » qu’ils volent ou qu’ils pilotent des engins volants. Mais on n’est pas obligé de les encourager avec l’argent public. D’autant que l’aéroport de Saint-Denis de l’Hôtel coûte des millions d’euros au Département votés à l’unanimité et qu’il ne sert qu’à une toute petite partie de la population. Certains clubs de sports aéronautiques se passent très bien de cet aéroport. Ceux qui veulent à tout prix s’envoyer en l’air à Saint-Denis de l’Hôtel n’ont qu’à le faire à leurs frais.

3 soutiensSupprimer les frais de déplacements des élus qui n’utilisent pas des modes de déplacements doux

Lorsque les élus se déplacent pour aller à des réunions, on ne leur rembourserait des frais de transports que s’ils utilisent le vélo, les transports en commun ou le covoiturage. Lorsque le président du Département prendrait une voiture avec chauffeur, il proposerait systématiquement son trajet sur blablacar pour en faire bénéficier gratuitement plusieurs autres habitants du Loiret.

1 soutienDévelopper les voies vertes

Développer les voies vertes principalement pour les vélos et la mobilité douce. La Loire à vélo s’est très développé et attire de nombreux touristes chaque année. Développons les voies vertes partout dans le département notamment sur les axes touristiques, aux bords de canaux, différents étangs (du puits, de la vallée).

Collèges

11 soutiensAppliquer des tarifs de cantine en fonction des possibilités financières des familles

La restauration scolaire proposée aux collégiens est payée par les familles à un prix inférieur au prix coutant (environ 3,50€ au lieu de 8€ par repas). Le tarif est le même pour tous les enfants, dans tout les collèges publics du Loiret. C’est bien d’offrir à tous les enfants l’opportunité d’un repas équilibré chaque fois qu’ils fréquentent leur établissement scolaire. On a vu en période de confinement à quel point cela comptait. Cependant, le prix établi (à multiplier par une cinquantaine de repas par trimestre) constitue encore une dépense trop coûteuse pour certaines familles qui doivent alors se tourner vers des dispositifs d’aide sociale parfois vécus comme une stigmatisation. Dans de nombreuses écoles primaires, en revanche, les mairies proposent un tarif indexé sur le « quotient familial ». Le repas peut alors être facturé de moins de 1 euro pour les familles sans ressources jusqu’à 5 ou 6 euros pour les familles disposant de hauts revenus.Cette facturation sur la base du quotient familial peut facilement être instaurée pour la restauration scolaire dans les collèges publics du Loiret.

5 soutiensUn pas vers moins de viande

Proposer au moins deux repas végétariens par semaine dont un végétalien, ainsi qu’une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines publiques (collèges, EHPAD, maisons de retraite et administrations).

4 soutiens

La pandémie a montré les limites du travail à domicile pour les collégiens ne disposant pas d’un ordinateur, accentuant ainsi la fracture sociale. Des principaux de collège et des professeurs ont dû pallier cette carence à grand renfort de photocopies, de devoirs postés… et ont dû se résigner à « perdre » certains de leurs collégiens les plus fragiles. Un système de dotation d’outils informatiques doit être mis en place par le Conseil Départemental au même titre que les manuels scolaires.

2 soutiensAssurer le retour à Donnery des collégiens de Coubertin à 16h et pas uniquement à 17h

2 soutiensDévelopper une bibliothèque numérique pour les collégiens

Ce serait une bibliothèque numérique de lecture ou d’autoformation, accessible depuis leur espace numérique de travail (ENT), sur leur smartphone, à leur domicile ou au CDI. (Pilotage par la bibliothèque Départementale).

Des transports gratuits pour tous les collégiens

De part mon expérience de parent élu au collège, et représentante au fond social, j’ai souvent remarqué que certaines familles devaient faire un choix : soit l’abonnement TAO soit la cantine. Pourquoi alors que l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, les enfants qui doivent prendre les transports en commun pour se rendre au collège doivent payer cet abonnement ? J’ai toujours trouvé cela très injuste.

Culture

5 soutiensValorisons notre patrimoine

1 – Les châteaux du Loiret : plus de manifestations culturelles avec plus de communication en direction des Loirétains. Expositions, conférences sur l’écologie, sur la chasse, la pêche, la protection des animaux, ateliers pour les enfants (jardinage, arts plastiques, contes et lectures pouvant être accompagnés par des formations musicales locales, etc.) peuvent y être organisés.
2 – Le bief du canal d’Orléans : restauration du canal, de ses berges et de ses écluses jusqu’à l’étang de la Vallée. Créer une véloroute sur cet itinéraire. Enjeux: tourisme, nature, préservation de l’ouvrage. Une dynamique d’animation doit être créée en lien avec les activités fluviales.

3 soutiensLa vie culturelle…essentielle à nos vies !

Face au Covid 19 – Intervenir pour maintenir une Vie culturelle. Pourquoi ? Donner la possibilité à ce secteur de continuer à exister, créer, en s’adaptant aux conditions imposées par la crise sanitaire. Comment ? Permettre aux artistes et associations culturelles du territoire de conserver une activité et des rémunérations grâce à un festival culturel en ligne et des activités en ligne ou en plein-air visibles des immeubles.

2 soutiensRenforcer la médiathèque départementale dans son intervention pour la constitution de réseaux intercommunaux de lecture publique

Développer la lecture, lutter contre l’illettrisme, favoriser l’accès au savoir et la culture sont des enjeux forts pour les collectivités. La médiathèque départementale et le Département doivent porter très fortement cet accompagnement des territoires : expertise, diagnostic, aide en ingénierie. Favoriser la prise de compétence lecture publique. Aide financière du Conseil Départemental à l’embauche d’un coordinateur professionnel pour animer et dynamiser ce réseau. Subvention d’investissement à la construction ou réaménagement des locaux.

Démocratie participative

9 soutiensMettre en place une convention citoyenne pour élaborer des propositions dans le domaine de la dépendance

La convention citoyenne sur le climat (CCC nationale) ou d’autres expériences (Nantes métropole) ont montré la richesse de cette procédure lorsqu’elle est menée par des professionnels indépendants mais à condition de ne pas « tricher » avec les propositions finales. Avec le vieillissement de la population, la question de la dépendance des personnes âgées va se poser de plus en plus significativement et en particulier pour le conseil départemental en charge de cette politique publique. Dans ce domaine, l’expertise d’usage est grande, c’est à dire la capacité des citoyens ou usagers à comprendre la situation et à faire des propositions. En réunissant une convention citoyenne par tirage au sort et avec des conditions de composition équilibrée, en lui donnant une feuille de route claire et des moyens de travailler efficacement, en assurant, enfin, un débouché concret à ses conclusions, le conseil départemental pourra obtenir un plan d’action ambitieux et réaliste, proche des préoccupations de ses administrés. Il ne s’agit pas forcément de remplacer les élus et de valider des décisions prises ailleurs et « sans filtre » mais d’exploiter la capacité des habitants à élaborer une politique publique cohérente en fixant dès le départ un cadre à leur participation pour garantir ce qu’ils peuvent décider eux-mêmes en convention et ce qui reste le pré carré de l’assemblée élue.

4 soutiensPréserver les libertés et ouvrir l’espace de la démocratie participative

Des espaces de décisions démocratiques complémentaires pour faire face à la crise et agir autrement à l’avenir
1-La création d’un comité de défense des libertés et d’assistance aux personnes et animaux en difficultés, composé de citoyens, qui aura pour mission :- d’observer l’état des libertés dans le Loiret et proposer des solutions en présence de restrictions trop durables et étendues ;- de porter assistance à toute personne en difficulté que ce soit sur le plan sanitaire, alimentaire, économique ou en besoin de soins dont le cas n’aurait pas été résolu et l’orienter vers les services ou solutions appropriés ;- de porter assistance à tout animal en difficulté (aide alimentaire aux animaux), notamment les animaux demeurés seuls du fait de l’hospitalisation ou le décès de leur maître et les confier aux refuges appropriés et/ou leur fournir nourriture et soins nécessaires.
2-La création d’un Conseil sanitaire qui se réunit régulièrement par visioconférence. Animé par le Président, il réunit un·e représentant·e de chaque groupe politique siégeant au conseil départemental ainsi que des représentant·e·s des agents qui poursuivent des activités essentielles de service public.

1 soutienTransparence

Sur le site loiret.fr peu d’informations sur le projet départemental sont présentes : les comptes rendus des décisions, les résultats d’appel à projets, le budget annuel. Je propose que toutes les décisions soient connues des citoyens en publiant toutes les données concernant le département sur le site internet loiret.fr

Dépendance

5 soutiensRevaloriser et reconnaître les aidants professionnels

Permettre aux acteurs du maintien à domicile de remplir leur mission dans un cadre respectueux des aidés et des aidants. Favoriser la professionnalisation, l’accès à la formation et à un revenu intégrant l’ensemble des temps de travail et des missions (actes domestiques, aide à la personne et accompagnement social).

5 soutiensCréation d’un service départemental d’aide à domicile, avec des salariés rémunérés selon l’échelle des fonctionnaires

Cette proposition a recueilli 2 commentaires :

  • Cette mesure serait de nature à permettre une plus juste rémunération des personnels, la mise en oeuvre de plans de formation et une adaptation des effectifs déployés aux besoin du territoire. Cela rendrait plus attractive cette profession qui peine à recruter et à conserver ses salariés.
  • Proposition complémentaire : augmenter (en les finançant avec l’ARS ) les structures type SPASAD qui permettent de lier les services d’aide à domicile et les services de soins à domicile afin de faciliter l’accompagnement des personnes dépendantes que ce soit du fait de leur âge ou de leur handicap. partage de compétences et formations communes.
  • 5 soutiensDépartementalisation des Ehpad ou gestion par des entreprises ou associations sans but lucratif

    4 soutiensDotations CCAS

    Hausser les dotations du conseil départemental vers les CCAS.

    Famille

    8 soutiensSoutenir les aidants naturels

    Développer une vraie politique de soutien tournée vers les familles accompagnant au quotidien leurs proches touchés par le handicap ou l’avancée en âge. Favoriser des temps de soutien et d’échanges dans un cadre bienveillant et convivial, en parallèle de temps plus personnels afin d’aider à les aidants à s’autoriser des temps de répit. Soutenir le développement d’actions concrètes permettant des relais auprès des familles.

    6 soutiensDonner à la Maison de l’Enfance les moyens correspondant au nombre d’enfants accueillis

    Depuis des années, l’accueil des enfants mineurs confiés au département pour les protéger se fait dans des conditions indignes. Il y a eu des enfants violés par d’autres sous la responsabilité de l’institution censée les protéger. Il est temps que le département définisse une capacité d’accueil officielle cohérente avec le nombre d’enfant réellement placés à la Maison de l’Enfance et qu’il y ait en face les moyens matériels et humains nécessaires.

    6 soutiensGénéraliser l’accueil provisoire jeunes majeurs pour tous les enfants pris en charge par le Département lorsqu’ils atteignent 18 ans

    Après avoir totalement abandonné les jeunes issus de l’Aide sociale à l’enfance au moment de leurs 18 ans, le conseil départemental propose désormais le dispositif PARI (Parcours Autonomie Réussite Insertion) qui s’adresse seulement à celles et ceux qui sont déjà un peu à l’aise pour trouver leur place dans la société. Or, les jeunes placés mineurs sous la responsabilité du Département n’ont évidemment pas eu une enfance facile. Certains sont aptes à se débrouiller à 18 ans, ils poursuivent des études ou entrent en apprentissage. Ce sont ceux-là qui sont soutenus par le dispositif PARI. Mais d’autres jeunes n’ont pas surmonté toutes leurs difficultés lorsqu’ils deviennent majeurs. Ils se retrouvent tout simplement à la rue. C’est un peu comme si, dans une famille, l’enfant qui réussit bien était soutenu pour faire des études et que l’enfant en difficulté était chassé de la maison à 18 ans.

    5 soutiensAccompagner les familles

    Accompagnement de proximité des parents et de leurs jeunes enfants dans le cadre des missions de la PMI. Permettre l’accès aux informations et à des lieux d’expression et d’échanges sur les questions de parentalité. Assurer des temps de dépistage précoce des troubles psychosensoriels des 0-6 ans afin de favoriser des prises en charge adaptée. Soutenir à la mise en place de celles-ci.

    Habitat, urbanisme

    17 soutiensConstruction d’un hameau d’habitat légers et plus autonome

    Permettre aux personnes qui le souhaitent, de vivre dans un habitat léger, plus autonome, minimaliste et ensemble, tel un petit hameau ou quartier soudé et participatif à la vie de la commune. Il existe des dizaines de formes et de variétés d’habitat léger : tiny house, yourte, tipi, roulotte, van aménagé, etc. Toutes ont en commun d’être démontables, sans impact écologique, mobiles et synonymes d’un mode de vie fondé sur la sobriété et l’autonomie. Bien souvent, ces installations sont agrémentées de panneaux solaires, d’éoliennes pour électricité, de bassins de phytoépuration pour les eaux, de composts, de jardins potagers, de vergers, etc.Tout en vivant en agglomération à fin de permettre une proximité de transports en commun et le déplacement à vélo, pour obtenir une transition pas à pas, ce concept devient avant-gardiste sur ce que pourrait être la vie de demain avec les évolutions climatique et sanitaire.

    9 soutiensAccompagner les familles en précarité énergétique

    En France, plus de 5 millions de foyers sont considérés en précarité énergétique. Il convient de mettre en place au niveau départemental des dispositifs de détection, de suivi et d’accompagnement des foyers en précarité énergétique pour les aider à en sortir durablement (ex. des dispositifs de type Service Local d’Intervention pour la Maîtrise de l’Énergie). Et renforcer les effectifs du Conseil de la rénovation thermique à travers un guichet unique pour les particuliers, commerçants et artisans permettant de créer une dynamique territoriale.

    1 soutienSoutenir des ateliers de bricolage solidaire

    Organisation de sessions de formation sur le bricolage, les travaux de rénovation et d’entretien. Prêt de matériel et aide aux habitants vivant dans la précarité. 10 pour cent de reste à charge pour eux sur les matériaux. Les compagnons bâtisseurs sont des associations qui mettent en place ces chantiers avec des jeunes qui font leur service civique. Aide et solidarité. https://www.qualitel.org/

    Handicap

    5 soutiensInvestir dans l’accueil des personnes en situation de handicap

    Mettre en place un plan d’investissement de grande ampleur (60 millions d’euros dans le mandat par exemple) en faveur de la rénovation ou reconstruction des établissements médico-sociaux accueillant des personnes en situation de handicap, sur le modèle du plan « Loiret bien vieillir » mais en y mettant plus de moyens et d’efficacité. Ces investissements peuvent aussi être prévu pour des projets d’habitat inclusif qui viendront compléter l’offre des établissements médico-sociaux sans diminuer les capacités d’accueil départementales, au contraire.

    4 soutiensGarantir l’accès aux droits

    Faciliter l’accès aux dispositifs existant dans le champ du handicap ou de l’avancée en âge. Aider à accéder à l’information, à remplir les démarches administratives, à mettre en œuvre les prestations. Se doter de moyens humains de proximité pour accompagner les Loirétains concernés et leurs familles.

    Jeunesse

    3 soutiensAccueil des jeunes migrants

    Accueillir les jeunes migrants dans des structures adaptées aux jeunes mineurs en créant éventuellement des places supplémentaires et en intégrant les personnels adaptés pour permettre une adaptation et une intégration la plus complète possible. Continuer cet accueil après leur majorité s’ils ont entamé une formation. Mettre en place un système de suivi de prise en charge et/ou d’accompagnement après leur majorité.

    Loiret en transition

    10 soutiensLes emplois de demain

    Favoriser une production plus responsable, qui économise les ressources. Développer les filières de réparation, de réemploi, de recyclage et de gestion des déchets. Développer et soutenir l’innovation de la transition écologique (technologies frugales).

    9 soutiensConsommer des produits alimentaires de saison, issu de l’agriculture biologique et/ou produits localement

    Lorsque le Conseil départemental est décideur de la commande de nourriture ou boissons (pour des réceptions, des cadeaux de fin d’année …) ou lorsqu’il est organisateur d’un service de restauration (dans les collèges, pour les agents départementaux) porter progressivement à 90% minimum la part des produits respectueux de l’environnement et de la santé. Il s’agira de respecter la saisonnalité, s’assurer d’une labellisation « issu de l’agriculture biologique » ou équivalente, et enfin de privilégier les approvisionnements locaux (jusqu’à 150km à la ronde, par exemple).

    5 soutiensConférences associatives pour la transition

    Réserver des créneaux gratuits dans les salles de réunion des châteaux sous gestion départementale pour des conférences d’associations estampillées transition écologique.

    Création d’un centre de recherches sur les sciences de la nature

    Numérique

    2 soutiensDévelopper des bus numériques et bus fablab itinérants sur le territoire

    Afin de lutter contre la fracture numérique à l’échéance 2022, zéro papier et développer des compétences. Initiation à l’informatique. Initiation à la création numérique, conception imprimante 3D…

    Prévention, santé

    12 soutiensPour une alimentation saine et locale

    Anticiper le respect de la loi Egalim dans la restauration collective sous la responsabilité du Département (collèges, EPHAD…). C’est 20% de produits biologiques, issus de filières locales à faire émerger et soutenir. Un point de vigilance est nécessaire face à l’apparition de pseudo labels qui contournent les objectifs de cette loi (cf HVE). Les structures locales spécialisées comme le GABOR devront être soutenue.

    7 soutiensNe pas abandonner les sans abris… et jeunes mineurs !

    Face au Covid 19- Intervenir sur l’hébergement
    Pourquoi ? Agir pour les sans domiciles fixe, les jeunes mineurs étrangers sur notre territoire laissés à l’abandon, et la sur-occupation des logements et contre la croissance des violences intrafamiliales.
    Comment ? Renforcer les dispositifs d’hébergement et d’accueil destinés : aux urgences (violences, catastrophes naturelles,…), à l’accueil de jour (handicapées,…), au confinement des personnes sans domicile fixe, au confinement des personnes mal logées ou en logement sur-occupé, aux personnes victimes de violences intrafamiliales. Cela signifie :- augmenter « les moyens techniques » (nouveaux lieux si besoin, matériels) – adapter en fonction de la réalité du terrain les moyens humains, en particulier des professionnels qualifiés en travail social et en santé mentale (établir des partenariats avec les structures médico-sociales en capacité d’agir).

    6 soutiensSoutenir les organismes ou associations oeuvrant pour la solidarité auprès des plus précaires !

    Face au Covid 19- Intervenir sur l’aide alimentaire
    Pourquoi ? La crise du Covid a accentué la situation précaire des plus fragiles (perte d’emploi – étudiants boursiers – réduction massive du travail en intérim -fermeture bars et restaurants…
    Comment ? Soutenir les structures caritatives apportant une aide alimentaire et reconstituer les stocks de nourritures et intensifier la distribution :- mise à disposition de locaux,- attribution de subventions – soutien à la livraison à domicile de « chariots-quarantaine » pour les personnes en difficulté et contraintes de s’isoler.- distribuer de la nourriture et des produits de 1 ere nécessité pour les animaux, à toute personne qui en formule le besoin.
    Avec Qui ? – la croix rouge- le secours populaire- les restos du coeur,- le secours catholiques,- les associations ou autres structures intervenant auprès des étudiants les plus fragiles.
    Cette proposition a recueilli 1 commentaire :

  • C’est une action que le conseil départemental mène déjà (sauf peut-être la Croix-rouge) mais qui pourra être utilement renforcée.
  • 3 soutiensLe lien social,notre force en temps de crise …

    Face au Covid 19- Intervenir sur le maintien du lien social – avec une ligne téléphonique permanente
    Pourquoi ? Etre à l’écoute de nos concitoyens inquiets – identifier des besoins urgents – orienter nos concitoyens pour bénéficier d’une assistance rapide.
    Comment ? Ouvrir une ligne téléphonique et garantir un fonctionnement 7j/7 et 24h/24, pérenne (02 38 79 29 99) afin de : Répondre aux interrogations COVID, Maintenir le contact avec les personnes âgées, isolées, précaires en particulier celles déjà repérées dans le cadre du plan canicule ou pendant le premier et deuxième confinements, Assurer un soutien psychologique en s’appuyant sur des personnes qualifiées, Recenser les volontaires et les mettre en lien avec les structures et associations, Évaluer et identifier des besoins urgents (personnes handicapées et/ou isolées). Établir un partenariat avec la croix rouge et son dispositif  » allo comment ca va ? ».

    2 soutiensÊtre l’acteur incontournable du travail social sur le terrain !

    Face au Covid 19- Etre un acteur de la coordination en établissant des partenariats
    Pourquoi ? Le conseil départemental est l’institution le plus à même pour intervenir et établir des partenariats. Chaque jour il a des liens privilégiés avec les différents acteurs du secteur social et médical, voire plus (hôpitaux EPHAD, travailleurs sociaux, aide à domicile, associations, UDAF,…)
    Comment ? Organiser des réunions régulières entre ses services du CD 45, les CCAS, les hôpitaux, les EHPAD et les acteurs de la solidarité et du logement pour connaître la situation locale réelle de l’épidémie : – identifier les conséquences sur les populations les plus fragiles,- faire fonctionner les partenariats afin de prendre très rapidement les mesures ciblées qui s’imposent . Être une force de proposition forte auprès des autres collectivités territoriales et intervenants, les inciter à agir sur leur champ de compétence, – ouvrir un accès des plus fragiles aux cantines et aux transports (gratuité), agir auprès des bailleurs de logements sociaux pour réduire l’impact du paiement des loyers, de l’eau et de l’énergie.

    2 soutiensSoutenir les acteurs de santé face à la COVID 19

    Soutenir les acteurs face à la crise sanitaire
    Pourquoi ? Chaque jour ils sont en contact direct avec les personnes contaminées, ils apportent un soutien une aide aux personnes les plus fragiles (contaminées ou pas ), …
    Comment ? Pour tous : mettre à disposition et constituer des stocks d’équipements de protection individuelle destinés aux agents municipaux, aux travailleurs sociaux, aux bénévoles dans l’action, aux personnels médicaux et paramédicaux de la ville. Personnels soignants : faciliter l’accueil et la prise en charge des enfants au sein des crèches. Pour ceux qui viennent d’autres régions, en appui, donner accès à une information claire sur ou se loger, et, comment se déplacer (surtout pour ceux qui n’ont pas de voitures), envisager un service de transport pour les aider.

    Routes

    15 soutiensMettre fin au projet de déviation et de pont entre Mardié et Darvoy et développer d’autres solutions pour la traversée de Jargeau

    Il s’agit d’abandonner le projet destructeur de déviation routière dans une zone Natura 2000. Il est évident qu’accroître le réseau routier contribue à accroître dangereusement les émissions de gaz à effet de serre et aussi les émissions de polluants comme les particules fines. Il est temps de prendre des décisions pour lutter contre le réchauffement climatique au lieu de l’aggraver. Au contraire, il existe d’autres solutions pour contribuer à diminuer au moins autant l’impact du trafic routier dans la traversée de Jargeau ou de Saint-Denis de l’Hôtel : limitation des poids-lourds, covoiturage, transports en commun, passerelle et itinéraires cyclables séparés, favoriser les véhicules électriques, réduire les déplacements superflus, télétravail … etc. Certaines de ces solutions peuvent agir significativement sur les ralentissements (10 minutes grand maximum) et on peut y ajouter une meilleure régulation des têtes de pont (giratoire ou feux de circulation) ou le décalage des horaires de grosses entreprises de Saint-Denis de l’Hôtel. Abandonner le projet inutile et imposé de déviation permet d’économiser au moins cent millions, de sauver près de cent hectares de terres agricoles ou naturelles et cela épargne plus de cent espèces protégées habitant les bords de Loire.

    5 soutiensCirculations douces

    Systématiser la réflexion de mise en place de pistes cyclables lors d’une réfection de voirie.